La CGT sur le Tour de France

tourdefrance

Le Tour de France a toujours été une affaire de presse et de journalistes, il l’est encore aujourd’hui, tous les directeurs du Tour de France ont été où sont des journalistes.

Lors de la seconde guerre mondiale, un certain nombre de titre de presse ont été contraints d’entrer dans la clandestinité, ce fut le cas notamment de la Vie Ouvrière le journal de la CGT.

A la libération, les titres de presse ayant résisté à l’occupant sont invités gratuitement dans la caravane qui fait le tour de la France, ils vendent au public leurs journaux à la poignée.

C’est ce que feront longtemps, l’Humanité, Le Parisien Libéré, Libération, la VO et d’autres.

Pour la VO, seul titre syndical, la plus value originale de sa présence militante est de porter les couleurs de la CGT auprès d’un public populaire, chaleureux et familial.

Constitué pour l’essentiel d’ouvriers, d’employés et de retraités, de gens qui connaissent l’âpreté et la dureté du travail et qui se reconnaissent dans l’effort fourni par ceux que le journaliste Albert Londres qualifia, en 1924, de « Forçats de la route ».

Le même public à qui s’adresse la CGT à l’entreprise et dans les territoires.

Un public estimé à 12 millions de spectateurs massés le long du parcours pour qui le Tour est une fête.

Une fête qui passe devant chez lui et qui coïncide avec les congés payés.

Un public qui n’imagine pas le mois de juillet sans le Tour de France qui appartient désormais au patrimoine culturel de notre pays.

C’est dans ce contexte que depuis toutes ces décennies, la CGT et son journal sont toujours invités sur le Tour.

Le Tour étant une affaire de presse, c’est donc, administrativement, la presse de la CGT qui est accréditée et invitée sur l’épreuve, pas le syndicat en tant que tel.

En l’occurrence, c’est la NVO qui « porte » la lisibilité de la CGT, c’est ce mécanisme qui s’applique d’ailleurs à FO ou à la CFTC, les véhicules siglés NVO portent depuis toujours les campagnes syndicales de la CGT.

Parallèlement à notre présence dans la caravane, de nombreuses et diverses manifestations festives, conviviales et néanmoins revendicatives ont pu être organisées en accord avec la direction du Tour dans l’enceinte même des sites de départs et d’arrivées d’étapes.

Le passage du tour de France est une formidable caisse de résonance pour sensibiliser le public, sur les problématiques sociales et économiques locales ou nationales.

Tout le long de la route aussi, sur l’espace public, les militants, comme ils le font chaque année, ne ménagent ni leur peine ni leur imagination pour être présents auprès d’un public qui nous reconnaît parce que nous faisons partie de leur fête.

Ce sera le cas cette année en Aveyron avec un stand CGT, qui sera implanté à proximité de la ligne d’arrivée à Bourran aux couleurs des 120 ans le CGT, avec comme slogan : « Rejoignez le bon peloton ».

La pétition Nationale sur l’augmentation des salaires, des pensions de retraites et des minimas sociaux sera disponible ainsi que celles concernant le soutien à la maternité de Millau.

                                                            ——————————————

l’Union Departementale CGT Aveyron a décidé d’avoir une initiative le vendredi 17 juillet en installant à proximité de la ligne d’arrivée, sur le Mail de Bourran, à partir de 10 h, deux stands aux couleurs des 120 ans de la CGT et ou nous ferons signer à la fois la pétition sur les salaires mais également la pétition pour le maintien de la maternité de Millau.

A noter que pour la première fois dans l’histoire du tour de France, le MEDEF (qui lui, n’est pas invité) a décidé d’être présent sur la caravane du tour.