Compte-rendu Comité Central d’Entreprise 29 Avril 2014

cce

Les compte-rendu des réunions de comité d’établissement, de délégués du personnel et du CHSCT, contiennent des informations qui sont protégées. Vous devez être membre du site pour lire ces compte-rendu.

Les adhérents CGT inscrit sur site sont de fait autorisés à lire ces pages.

Si vous n’êtes pas adhérent CGT, vous devez justifier votre demande par le formulaire de contact. [CONTACT]

Merci de votre compréhension.

La Situation Vénissieux Solaire
Lors de la réunion de CCE du 29 avril M. Carrie (Directeur économique de RBFR) a confirmé les propos tenus par le directeur du site de Vénissieux, à savoir la vente du photovoltaïque à Sillia « ce n’est pas encore fait ! ». La direction de Bosch attend que le repreneur potentiel SILLIA réponde aux clauses suspensives existant dans l’offre de reprise (confirmation de la charge de travail et confirmation des engagements financiers).

Bosch n’effectuera pas le « closing » (cession) si SILLIA n’a pas de charge de travail sur cette fin d’année, ce qui entrainerait du chômage pour le personnel qui serait transféré.
M. Cassin (directeur de SILLIA) était en Chine la semaine 17 pour la recherche de charge de travail.

Une rencontre a eu lieu entre Bosch et SILLIA mercredi 30 avril. La direction attendait beaucoup de cette réunion pour avoir des informations sur les marchés obtenus ou non par SILLIA.

Un C.E extraordinaire aura lieu mercredi 7 mai sur le site de Vénissieux pour faire le point après cette rencontre.

Pour la CGT cette situation pose question. La direction de Bosch a accepté l’offre de reprise de SILLIA après qu’elle ait été modifiée à plusieurs reprises. Les cabinets d’experts, que ce soit SYNDEX ou bien celui désigné par le mandataire ad hoc ont bâti leur analyse sur un projet comprenant une charge de travail à plus de 60% de production pour BenQ. Le projet de reprise pourrait une nouvelle fois être modifié. La CGT s’interroge sur la capacité de M. Cassin et de SILLIA à tenir ses engagements.

La CGT a rappelé à la direction que l’engagement de Bosch était un suivi de l’activité sur 3 ans (salaire et plan social en cas de difficulté du repreneur) nous considérons que cela doit couvrir aussi les éventuelles pertes de salaire dues à des périodes de chômage.

A ce jour la signature (ou non) est toujours prévue pour le 1 er juin. Bosch ne paraît pas opposé à un report de celle-ci, sur une période courte si SILLIA apporte une charge de travail décalée par rapport au 1 er juin.

La CGT a toujours exprimé des réserves, et a toujours argumenté pour d’autres solutions alors que d’autres organisations étaient prêtes à valider ce projet dès le début. Les derniers évènements ne font, malheureusement, que confirmer ce que nous craignions depuis le début !

Situation des éléments et avenir du site de Vénissieux
La charge de travail est conforme aux prévisions concernant les Eléments pour cette année. Pour 2015 la direction attend le plan économique qui devrait être connu en septembre.Elle ne veut pas réactiver la commission de réindustrialisation du site de Vénissieux dans l’immédiat. Pour la direction il faut d’abord que la situation du solaire soit réglée et qu’ensuite la structure restante soit adaptée pour connaître l’avenir des Eléments.

En ce qui concerne l’organisation cible de RBFR après le solaire, la direction refuse d’entrer dans le détail. Elle dit ne pas avoir finalisé et attend pour cela de lancer le Plan de Départ Volontaire qui pourrait concerner entre 20 et 25 personnes.

La direction a confirmé qu’elle n’entend pas faire de départ contraint, donc il n’y aura pas de licenciement sec même si le nombre de volontaires est inférieur à celui définit dans le plan.
Reste que hormis le bureau d’étude, qui est toujours présenté séparément par la direction, l’avenir du site n’est pas défini.

Quelle production pour compenser les Eléments et à quelle échéance ? Quelle configuration du site alors que les services partagés vont demeurer et que la fusion avec Rexroth n’est plus d’actualité ?
Au 1 er mai, l’effectif du site de Vénissieux est de 340 salariés en activité, 13 salariés en absence longue durée et 114 préretraités.
Sur les 81 salariés éligibles à la préretraite, 52 sont déjà partis.
La CGT a (tant au CCE qu’au CE de Vénissieux) rappelé la proposition faite par le secrétaire du CE de REXROTH Vénissieux concernant une fabrication de vérins hydrauliques faite actuellement à Bonneville.

Le transfert de cette fabrication qui emploie 80 à 90 salariés et correspond aux compétences que nous avons sur le site pourrait assurer de l’emploi à Vénissieux.

Projet « ONE WORLD »
Lors du CCE M. Carrie a présenté sa vision pour l’activité Bosch en France. Ce projet s’appelle « One world ».Dans un premier temps M. Carrie a demandé aux responsables de toutes les divisions du groupe présentes en France les chiffres et les perspectives d’activités.

A partir de ces éléments, la direction entend travailler pour donner une perspective à long terme aux activités Bosch.
Pour la CGT il était tant de mettre en place une structure pour « l’avenir des sites et des activités Bosch en France » !

Ce qui laisse plus sceptique c’est la place laissé à la recherche de solutions en dehors du groupe. D’ailleurs à Mondeville la direction vient de désigner un cabinet spécialisé dans la recherche d’activités pour compenser la baisse de la charge de travail dans les mois et années à venir.

Pour la CGT nous pensions que le travail de nos dirigeants, était de nous trouver du boulot, hé bien non, il faut payer des experts !!

Mais au fait à quoi servent-ils alors ?

Situation de RBFR
L’activité du groupe Bosch en France est en progression sur le 1 er trimestre par rapport à 2013. Plus 4% de volume d’affaires et corrigé de l’effet de l’arrêt des panneaux à Vénissieux. Cela fait même plus 6%. Par contre les effectifs continuent de baisser, moins 5% sur le 1 er trimestre comparé au 1 er trimestre 2013. Les investissements restent faibles, il n’est prévu un investissement de 22 millions en France (hors machines achetées à d’autres sociétés du groupe) principalement à Rodez où il est prévu d’investir 13 millions.

De vives inquiétudes demeurent quant à l’avenir des sites de Vénissieux et Mondeville. Pour la CGT, la Direction de RBFR doit tout mettre en œuvre pour faire venir de nouvelles fabrications afin d’assurer la pérennité et l’emploi sur ces deux sites.Devant la forte activité des sites de Moulins et Rodez la CGT a demandé à la Direction un plan d’embauche en CDI au-delà de ceux prévus dans les accords de 2013 et a prévenu la direction que les NAO approchent !

ST OUEN le 29 AVRIL 2014