NAO 2016 : NAO devient alors le Non A l’Oubli !

salaireLa prochaine réunion NAO se tiendra le 10 décembre à Saint-Ouen. Nous allons vous rappeler nos revendications, faire un bilan des négociations 2015 et vous expliquer pourquoi nous ne voulons pas d’augmentation individuelle. Pour savoir où nous allons dans ces NAO, nous rappelons d’où nous venons.

NAO devient alors le Non A l’Oubli.

Pour rappel les revendications CGT sont :

  • Augmentation Générale : 4% (Avec un mini de 75 €)
  • Budget spécifique : 1%
  • Ouverture en 2016 d’une négociation sur un accord dérogatoire à la participation aux bénéfices
  • Paiement journée de solidarité
  • Maintien et développement des emplois et sites chez RBFR
  • Suite à la signature de l’accord sur le report de l’âge sur les retraites complémentaires la CGT demande que le malus de 10% soit pris en compte par RBFR pour les salariés nés (es) après le 1er janvier 1957 et ayants bénéficié d’un plan de départ anticipé.

Parmi ces propositions, la négociation sur la participation aux bénéfices dérogatoire et la prise en compte du malus sur la complémentaire des pré-retraites initialement portées par la CGT ont été reprises par la plupart des syndicats.

Bilan négociation 2015 :
Pour rappel le 21 janvier 2015, suite à la non signature de l’accord NAO par les syndicats CGT et SUD un protocole de fin de conflit a été conclu et signé sur le site de Rodez avec comme engagement de la part de la Direction :

  • Revalorisation de la prime d’équipe : 12 euros au 1 er Janvier 2015 et 10 € au 1 er janvier 2016
  • Revalorisation de la grille ATAM
  • Engagement de revoir la grille administratif/technicien niveau IV et coefficient 305, ainsi que les ouvriers « à l’heure »

Posez-vous les questions :
– Où étaient les autres organisations syndicales lors du conflit de 2015 ?
– En train de défendre les droits des salariés ou bien en train de les lâcher au milieu du conflit ?
Posez-vous la question de la véracité de ce qu’ils vous disent. Non A l’Oubli.

Pourquoi la CGT n’est pas favorable à l’augmentation individuelle :
D’où venait le déséquilibre dans les grilles ? Principalement de la politique salariale de Bosch qui minorait le pourcentage de l’AG (augmentation générale) pour toutes les catégories assujetties à l’AI (Augmentation Individuelle).
L’AI n’étant distribuée qu’au bon vouloir du manager suivant des critères plus ou moins subjectifs. L’AI permet surtout au patron de ne pas sortir de sa poche le budget promotion en entier (économie pour le patron).

Pour la CGT lorsqu’un salarié a fait une très bonne année, le patron doit le promouvoir.
Avec ce système d’AI, en divisant les salariés c’est tout bénéfice pour le patron. Pour rappel le budget promotion est hors budget NAO.

La CGT a travaillé sur les grilles de salaires et a proposé à la direction :

  • Un écart mini de 3% entre chaque échelon,
  • Un écart mini de 5% entre chaque niveau.

Cette régularisation de grille n’est qu’un dû aux salariés pour compenser en partie les dégâts de la politique salariale de RBFR accompagnée depuis toutes ces années par certaines organisations syndicales signataires des NAO.
Seule la mobilisation des salariés et la signature du protocole de fin de conflit ont permis entre autres la revalorisation de la grille.
Durant le mois d’octobre l’intersyndicale CGT-SUD appelait à la mobilisation les salariés pour l’emploi et des mesures d’accompagnement de fin de carrière. C’est grâce à cette mobilisation des salariés que 15 embauches supplémentaires en CDI et l’ouverture d’une négociation début 2016 sur la fin de carrière ont été obtenues auprès de la Direction locale

Pour la 1ère réunion NAO seule la CGT avait envoyé 15 jours en amont un cahier revendicatif auprès de la Direction de RBFR.

Lors de la prochaine réunion la CGT continuera à défendre l’ensemble de son cahier revendicatif dans l’intérêt de tous les salariés.