NAO 2016 : Pourquoi la CGT va signer !

images

La direction RBFR a donc décidé que pour 2016, ce sera 2%, au mieux. Il s’agit selon elle, de la limite infranchissable pour que la France reste compétitive et soit dans les meilleures conditions pour accueillir de nouveaux projets.

Chiche, la CGT RBFR signera l’accord NAO 2016, nous disons à la direction « mettez-vous au travail… Nous exigeons des résultats de votre part !!!

La CGT est la seule organisation syndicale à avoir transmis un cahier revendicatif en amont de la première réunion de NAO. Un cahier portant essentiellement sur 3 grands thèmes :

  • Emploi
  • Salaire / Pouvoir d’achat
  • Conditions de travail.

La CGT a exprimé tout au long de ces négociations sa grande préoccupation concernant l’avenir de la politique industrielle du groupe Bosch en France. Malgré quelques initiatives du groupe en direction de quelques sites, les investissements restent très en dessous des besoins nécessaires à la pérennisation des emplois Bosch France.

Les investissements ne sont pas à la hauteur des résultats économiques réalisés en France et des ambitions affichées pour les années à venir.

La CGT RBFR fait de l’emploi une priorité absolue et exige qu’une solution industrielle soit mise en place pour garantir l’avenir des emplois Bosch en France et notamment à Vénissieux.

Nous condamnons fermement les nombreux plans de départs de salariés qui, lorsqu’ils ne sont pas remplacés, ne sont qu’une forme d’adaptation des effectifs pour accompagner l’exil de capacité de production.

Tout au long de l’année 2016, la CGT s’est engagée fortement dans la bataille du pouvoir d’achat en pesant sur les différentes négociations portant sur les accords de protections sociale, prise en charge de la part patronale dans la mutuelle, l’intéressement, avec les résultats que nous connaissons.

La CGT a contribué à obtenir lors de ces NAO, le maintien du pouvoir d’achat des préretraités victimes de la réforme sur la retraite complémentaire validée nationalement par certaines organisations syndicales.

La CGT a proposé et défendu la mise en place d’un accord dérogatoire en vue de mettre fin à l’injustice de ne plus touché de prime de participation malgré les résultats réalisés par le groupe. Cette négociation se déroulera pendant l’année 2016, il nous appartiendra de lui donner la meilleure efficacité pour les salariés RBFR.

La CGT porte également la bataille sur les grilles de salaires, qui doivent être simplifiées, justes, transparentes, pour garantir à tous des possibilités d’évolutions de carrières. C’est également un point qui sera discuté en 2016.

2016 c’est aussi l’année de la discussion sur l’accompagnement des salariés en fin de carrière, les négociations démarreront le 21 Mars. Pour la CGT il s’agit d’une avancée importante, ces négociations doivent permettre la prise en compte de la pénibilité et des carrières longues. Notre bataille pour des conditions de travail décentes nous oblige à une grande vigilance sur le sujet.

Pour la CGT, la recherche de la rentabilité et de la compétitivité doit trouver ses limites dans l’exploitation des salariés. Nous appelons les CHSCT à une grande vigilance en direction des conditions de travail trop souvent imposées aux salariés notamment dans le cadre des accords de compétitivité.

Vous l’aurez compris, notre signature n’est pas une réponse au chantage à la signature dictée par la direction de Bosch France.

C’est la validation de notre action syndicale tout au long des NAO et des perspectives que nous avons défendu pour 2016.

C’est également, un gage à l’égard de la direction de RBFR, pour la défense des usines et des emplois Bosch France, notre direction est dorénavant soumise à une exigence de résultats.

Soutenir la CGT, c’est s’engager pour des actes !