Loi Travail : 12 Mai 2016, ce n’est qu’avec vous que tout est possible !

jeudi12mai2016

Loi Travail : depuis le 3 mai les députés ont leur mot à dire. Mais c’est de nous tous et du rapport de force que tout dépendra.

Le débat parlementaire est programmé jusqu’au 18 mai avec un vote en première lecture de la loi. Rien n’est joué puisque le rapporteur du projet de loi avoue qu’il manquerait 40 voix de députés à ce jour pour voter ce projet de loi.

AVEC VOUS ! NOUS POUVONS GAGNER !

Les organisations syndicales de salarié-es, lycéen-nes et étudiant-es, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL FOL réunies le 2 mai 2016 ont réaffirmé leur détermination à obtenir le retrait du projet de loi travail et à gagner de nouveaux droits.
Les organisations signataires en appellent encore au gouvernement malgré l’ouverture du débat parlementaire.

Elles interpellent les députés qui vont examiner le projet à partir du 3 mai en leur rappelant leur courrier du 31 mars 2016 et les exhortent à rejeter ce projet de loi qui accentue la précarité, marque la remise en cause des conventions collectives, ruine les garanties collectives.

Elles refusent le code du travail à la carte que veut imposer le Medef et exigent le maintien de la hiérarchie des normes et du principe de faveur protecteur des droits des salarié-es.

Elles demandent aux salarié-es dans les entreprises et les administrations de multiplier les assemblées générales pour débattre de l’amplification de la mobilisation, y compris par la
grève, pour obtenir le retrait du projet de loi.

Alors que 74% des français sont opposés à la loi travail, le 1er ministre fait savoir qu’il ne sent pas le mécontentement et s’apprête à dégainer une nouvelle fois le 49-3 pour imposer en dépit de toute légitimité démocratique une loi de régression sociale historique.

Face à un tel mépris, une telle provocation, nous devons impérativement faire monter la pression et créer les conditions de la réussite de la mobilisation du 12 mai.

A partir de cette date de très nombreuses actions sont en construction dans plusieurs  secteurs professionnels majeurs qui appelleront à la grève et à manifester de façon déterminée,  chez les routiers, les cheminots,  l’énergie, la chimie.

La dynamique engagée doit nous permettre d’entrainer le plus grand nombre dans un cycle d’action ancré dans les entreprises.