Réunion sur le GRI (groupe de réflexion industriel)

industrialisation   

Première réunion du GRI.

En octobre va se tenir à Rodez la première réunion du GRI (Groupe de Réflexion Industrielle). La CGT participera à cette réunion et donnera sa position sur cette démarche.

La CGT n’y va pas pour chercher de nouveaux marchés à la place de la direction mais pour signifier qu’il ne faut pas que notre site reste uniquement axés « diesel » mais puisse se préparer à fabriquer également de l’injection essence ou d’autres produits en lien avec notre savoir-faire. Nous ne devons pas rester mono produit


Nous faisons cette demande depuis la fin des UI. Le monde bouge, le monde bouge vite et l’actualité sur la diabolisation diesel le montre. Avec des médias qui n’hésitent pas à jeter de l’huile sur le feu, le diesel est considéré par certains comme l’ennemie public numero1.

La part du diesel en France a chuté de 6 % par rapport à 2015 avec un taux de 53 % alors que dans le même temps le marché véhicule neuf Français progressait de 5%.

Pour la CGT, Bosch doit positionner notre usine en fonction de l’évolution et de la demande du marché.

La commission d’enquête dite commission Royal, a mis en évidence des écarts plus ou moins importants par rapport aux normes de pollution en vigueurs. Renault est tout particulièrement visé avec des écarts considérables.

Rodez est particulièrement dépendant de ce constructeur, de fait notre position en est fragilisé.

A la CGT, nous demandons à la direction de préparer l’avenir afin de n’être plus quasi dépendant comme à l’heure actuelle d’un seul constructeur.

A la CGT, nous demandons à la direction d’œuvrer afin de permettre à notre usine de n’être plus dédié exclusivement au diesel.

A la CGT, nous demandons à la direction de regarder en détails comment cette transition pourra se faire, tant au niveau de la formation des salaries qu’à la mise en place des équipements nécessaire.

Cela représente un très gros challenge pour nous tous.

Une telle réorientation nécessite du temps, ne le gâchez pas.

Là, il s’agit d’un point sur le fonctionnement de cette  commission et de sa compatibilité avec les nouvelles lois.

Dans le cadre de nouvelles lois Rebsamen , il est déjà question de discuter stratégie 3 fois par an.

Comment articuler tout cela ensemble ?

Dans un passé récent, comme à Vénissieux, nous avons pu constater l’inutilité de ce type de commissions de recherche ou autres appellations.

En gros, la direction a refusé toutes les propositions étudiées par la commission, y compris lorsqu’il y avait un intérêt économique clair.

Quel pouvoir de décision aura cette commission ?

Car à la fin, la décision est évidement politique et pour peser sur l’Allemagne, nous avons besoin d’un homme, ou d’une femme qui sera capable de plaider pour l’avenir du site.

Alors que la ministre Me Ségolène Royal et La Maire de Paris Mme Hidalgo, ne cessent de diaboliser le diesel et de prôner le tout électrique, la Cgt va réitérer son invitation à venir visiter
notre site.

Nous pensons que son attitude est irresponsable et qu’elle doit avoir les idées plus claires sur ce sujet.

La Cgt lui rappellera qu’il y a des hommes et des femmes derrière tout cela qu’on ne peut pas balayer d’un revers de main.

En conclusion,

Lors de cette réunion, La Cgt demandera une réorientation industrielle progressive du site.

Nous devrons arriver à un équilibre qui permettra de traverser les tempêtes sans trop de dégâts.

Nous n’allons pas chercher les débouchés à la place de la direction.

A chacun son rôle !

Courrier adressé par le DSC CGT Bosch aux DSC de Renault et Peugeot.

Camarades,

Cher Jean Pierre, Cher Fabien,

Je reviens vers vous suites à nos différents échanges concernant notre réflexion à l’égard de notre avenir industriel lié au marché automobile.
Comme vous le savez, le Groupe Bosch est confortablement installer comme équipementier au sein de vos deux entreprises respectives.

Depuis plusieurs années, la direction du Groupe Bosch applique une politique industrielle en totale contradiction avec la bonne portance de ces activités en France.

En effet, les sites Bosch France vivent au rythme des plans de destructions d’emplois (dits de restructurations) et de compétitivité pour travailler plus sans gagner plus.

Le Diesel est pris comme alibi pour justifier le besoin de restructurer dans la perspective d’un effondrement à venir de
ce marché, plutôt alléchant actuellement pour Bosch.

Les constructeurs automobiles se tournent vers de nouvelles formes d’énergies automobiles dites « propres » et le groupe Bosch investi pour répondre à ces transformations. Cela se fait en France avec la participation de l’Etat à travers le CICE et autres.

Nous souhaiterions vous rencontrer pour débattre ensemble de l’avenir du Diesel dans nos activités industrielles, des
transformations industrielles imposées par les avancées énergétiques et la place des équipementiers dont Bosch sur ce
marché.

Le Groupe Bosch est actuellement leader chez les constructeurs français, nous comptons dénoncer avec votre soutien si vous le voulez bien, la politique de désindustrialisation appliquée en France .

Pour ce faire, nous devons mobiliser les salariés et les pouvoirs publiques pour contester ce désengagement de la France et exigez une part  de production conséquente, dans nos usines.

Je sollicite cette rencontre, je me tiens donc à la disposition de vos agendas. L’idéale serait que nous parvenions à organiser cette rencontre tous ensemble.
Je vous remercie de proposer plusieurs dates de disponibilité en espérant parvenir à une position commune. Sinon, nous ferons en fonction du possible.
Je joins ce courriel à mon camarade Philippe Tassié élu de Rodez, coordonnateur CGT Bosch France, avec qui je porte
cette initiative .

Camarades, je vous remercie de l’intérêt que vous porterez à cet appel,

Fraternellement,

Salutations,

Ahamada Kamal
DSC CGT RBFR
DS CGT Vx
RS CGT CCE RBFR