Compte-Rendu des réunions Mutuelle et Droit à la déconnexion

Le 18 octobre, s’est tenu une réunion sur la mutuelle Adrea avec un bilan pour l’exercice en cours. Au global le résultat devrait être juste à l’équilibre en fin d’année (99.5% dépensé).


Délai de traitement et % de réponses téléphonique, Les résultats sont plutôt corrects sur le délai moyen de traitement des demandes (inférieur à 5 jours). Concernant le taux de réponse au téléphone de 82 %, ce taux est trop faible pour ce type de prestation et doit faire l’objet d’une amélioration certaine, la direction s’est engagé également à surveiller ce point, l’objectif étant de 95% comme dans d’autres centres d’appels. Tant en termes de rapidité de réponse mais aussi sur la qualité de la réponse qui doit être aussi amélioré. Pour la CGT c’est un aspect très important
dans la mesure où il n’existe pas ou plus d’agence et ou de contact physique.
Ce sera ici que nous jugerons de l’amélioration ou pas du service proposé par Adrea.

Après les premiers couacs liés au fait qu’il s’agissait d’un nouveau contrat, il convient maintenant de se préoccuper de l’amélioration de la qualité du service.
Évolution des cotisations. Faits marquants :
– La consultation auprès d’un généraliste est passée de 23 à25 € au 1 er Mai 2017
– Au 1er Janvier 2017 le forfait hospitalier est passé de 18 à 20 € soit un coût supplémentaire 30000 €. Pour garder un compte à l’équilibre la cotisation sera revue avec une hausse de + 1.4%, soit +1.2 € pour la cotisation famille et 0.6 € pour la cotisation isolée.
Pour info, les dépenses de santé devraient augmenter en France de 2.8 % en 2018. Garantie assistance EMA (aide familiale), coût annuel autour de 5€ par adhèrent (résultat négatif en 2017). Nous avons demandé l’amélioration des prestations pour l’année à venir. La cotisation sera prélevée sur le fonds social. (0.5% des cotisations). Un bilan sera réalisé à la fin de l’année 2018.
Divers :
Spécialité médecine douce prise en compte, uniquement suivant la liste établie par la FNMF (Fédération Nationale Mutualité Française).
En fait les praticiens doivent être des professionnels de santé agréés.
Retraités
– 217 retraités sont adhérent ADREA: sous le régime Loi Évin (même garantie que le contrat des actifs)
– 530 retraités sont adhérent ADREA : Sous régime alternatif.

Bilan 2017
Mutuelle ADREA. Les retraités seront intégrés au suivi global ADREA
Ces retraités font parties du groupe, pour la CGT, c’est une bonne chose que de pouvoir leur proposer les avantages d’une négociation de groupe cela permet notamment de limiter les hausses de tarifs.

Droit à la déconnexion

Deux réunions ont déjà eu lieu sur ce sujet, et force est de constater qu’il y a nécessité à bien savoir de quoi l’on parle.
Ce thème de la déconnexion devient un enjeu de santé important, tant les (tics) (technique de communication et d’information) sont devenues envahissantes dans notre quotidien.

Il nous parait important à la Cgt de bien en mesurer l’importance et de réfléchir ensemble à la façon d’appréhender ces nouveaux outils de manière à préserver un environnement de travail qui ne mette pas notre santé en jeu. Article L.4221.

Nous pensons qu’il faut lier ce sujet à la charge de travail, au temps de travail et donc au temps de repos. Nous voulons que cette négociation se fasse à minima autour du respect du temps de repos de 12 heures mini, qui nous semble le dénominateur commun à toutes nos revendications.

C’est autour de cet impératif que nous souhaitons travailler lors de ces négociations. Il reste à pouvoir mesurer, contrôler ce temps de repos mini absolument nécessaire pour préserver la santé du salarié y compris malgré lui. Il y a trop de salariés qui se sentent contraint à travailler chez eux ou de façon « masquée » afin de pouvoir réaliser leur travail. Cela prouve l’engagement du salarié mais aussi la difficulté de bien réaliser son travail dans le temps de travail légal.

Le 13 Novembre à St Ouen, la CGT va organiser une réunion débat sur ce thème

Cette réunion, sera animée par Sophie Binet. (Confédération CGT), Sophie a déjà présenté devant la direction du groupe Bosch, le travail réalisé par la CGT sur ce thème. Pour les salaries parisiens qui le souhaitent ou le peuvent, venez  participer, écouter, donner votre point de vue sur cette question qui nous concerne tous.

Nous devons proposer ensemble des solutions à ces modifications de nos modes de travail.
Nous devons adapter le droit à ces nouvelles technologies et veiller à respecter notre santé au travail.

Ceci est l’affaire de toutes et de tous.

Tant qu’il reste quelques articles dans le code du travail, nous devons nous appuyer dessus

L’article L. 4121-1 du Code du travail stipule:
« L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent :
1° Des actions de prévention des risques professionnels.
2° Des actions d'information et de formation.
3° La mise en place d'une organisation et de moyens adaptés.
L'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes.»
le 2° alinéa de l’article L. 4121-3 stipule une obligation de résultat en matière de santé et de sécurité au travail, en indiquant qu’à la suite de l’évaluation des risques «

L’article 3 de la Directive Européenne 2003/88/CE sur le repos journalier : Les états membres prennent les mesures nécessaires pour que tout travailleur bénéficie, au cours de chaque période de vingt-quatre heures, d’une période minimale de repos de onze heures consécutives.