Un peu de décence Messieurs !! Et beaucoup d’essence pour nous avec une nouvelle ligne, ce serait bien !

Après les primes à 110 000 €, vient le temps pour les membres du CODIR, du changement des véhicules de fonction dépassant parfois les 40 000€.

Dans le 1er semestre 2018 la moitié des véhicules de direction sera renouvelée pour un coût de plusieurs centaines de milliers d’euros. Dans le même temps au travers des négociations sur l’accord « Transition 2018-2021 » la direction demande à l’ensemble des salariés d’accepter un gel des salaires pour diminuer pour Bosch le coût résiduel de la mise en place de l’activité partielle. Année record, résultats record mais surtout mépris record pour les salariés de Rodez.

On résume : Bosch 80 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 3.8 Milliards d’euros d’investissements en 2016, des achats de sociétés tout horizon et des primes record aux dirigeants et notre direction demande aux salariés de se serrer la ceinture.

Mais pour investir « Katorsse millions d’euilleros, c’est beaucoup d’argent » dixit Mr Gackstatter le 26/01/18 lors du rassemblement des salariés à Rodez. Nous serions dans une situation de pleine charge de l’usine avec des projets d’avenir et des dirigeants qui seraient allés chercher le boulot comme ils auraient dû le faire, nous dirions Messieurs vous méritez une prime (montant à voir). Mais là qu’avons-nous ?

Rappel : Depuis plus de 10 ans la CGT demande la diversification du site.

Chez Bosch comme ailleurs, cela reflète l’explosion des inégalités qui divisent notre société comme jamais. Un paradoxe dans un monde sans classes ! L’hypothèse de la fin du conflit social doit donc être écartée, comme le prouvent les propos de Warren Buffett, troisième fortune mondiale, qui déclare sans scrupule lors d’une interview à CNN en 2006 : « la guerre des classes existe, évidemment, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène la guerre, et qui est en train de gagner »
L’impression de fin d’antagonisme de classe ne serait, finalement, que le signe de son durcissement.

Dès 1967, le secrétaire de la CGT, Henry Krasucky écrivait « Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement »
Aujourd’hui plus que jamais ce discours et la lutte des classes sont d’actualité.

Si nous travaillons chez Bosch c’est aussi pour une société qui avait quelques valeurs. Nos dirigeants semblent l’avoir oublié, nous leur rappelons.

Dernière minute : le magazine Forbes vient de sortir le classement des milliardaires. Ils vont bien merci pour eux. M. Arnault 4ème de ce classement gagne la modique somme de 800€/seconde. Tout ceci aidé par une optimisation fiscale à l’étranger. En contrepartie : Il y a de plus en plus de salariés précaires et de privés d’emplois.
Nous illustrerons par un seul exemple cette frénésie d’argent qui gâche tout. Le patron de la société Lactalis qui était déjà milliardaire vient encore de s’enrichir. A mettre en parallèle avec tous les bébés contaminés par le lait en poudre et tous les impacts sociaux que cela aura sur les salariés de ce groupe dans les mois et les années à venir.